Shads learning

Blog écrit par les Shadiens 2019 Isra Amsdr, Ibreez Asaria et Ali Mecklai 

Quelle journée! Nous avons commencé la journée par deux conférences intéressantes et captivantes sur les thèmes de la réduction des déchets plastiques et de la conservation et du traitement de l’eau. Cela faisait suite à l’annonce tant attendue de notre thème Shad 2019, qui est « La gestion efficace des déchets au Canada ». Lorsque nous avons reçu le thème de cette année, l’auditorium dans lequel nous nous trouvions était illuminé de visages étincelants d’apprenants Shadiens enthousiastes et impatients. Ici, à Shad McMaster, les journées ne se ressemblent pas, et c’est probablement la raison pour laquelle bon nombre d’entre nous diront que cette expérience n’est pas comme les autres.

« Enrichissant, engageant et extraordinaire sont les seuls mots que je peux utiliser pour décrire mon expérience en tant que participant ici à Shad McMaster. Cette expérience ne ressemble vraiment à aucune autre, une expérience qui embrasse les valeurs Shad de diversité, de responsabilité, de créativité, de communauté et d’excellence tout en offrant une expérience individuelle unique. Pour moi, il y a beaucoup de favoris, qu’il s’agisse de rencontrer des jeunes de partout au pays, des chefs de file de l’industrie ou des professeurs d’université réputés. Je sais que je suis entouré de certains des meilleurs et des plus brillants esprits de tout le pays; quand j’y pense, c’est vraiment incroyable. Le bassin de connaissances disponible ici à Shad offre un environnement intellectuel stimulant et enrichissant, qui est spécialement développé par nos merveilleuses conférences, nos ateliers et nos projets de conception de style universitaire. »

Les ateliers puissants et uniques offrent des expériences uniques en leur genre. Pour Ibreez Asaria, un élève de 12e année de l’I.B. au Stratford Hall à Vancouver-Est, en Colombie-Britannique, ces ateliers sont particulièrement intéressants.

« Le 3 juillet 2019, j’ai eu la chance d’assister à un atelier dirigé par le professeur Hartley Jafine de la Faculté des arts et des sciences de l’Université McMaster. Dans cet atelier, j’ai été guidé à travers l’évolution du théâtre et de l’improvisation qui ont été façonnés par des chefs de file du théâtre, comme Augusto Boal. Mais ce qui a vraiment éveillé mon intérêt, c’est le lien bien expliqué entre les éléments du théâtre improvisé et le monde de la santé. On m’a montré comment les outils essentiels de communication ouverte, de confiance, d’adaptabilité et de pensée critique étaient tous illustrés par cette forme de théâtre, et comment des moments d’intégration pour réaliser de telles activités serviraient d’outil pour soulager et peut-être motiver les médecins, infirmières et autres professionnels de santé stressés et épuisés. Cette prise de conscience a vraiment changé ma façon d’appréhender les arts et m’a rendu réceptif à leur harmonie avec les sciences et la santé, un domaine d’étude que j’ai l’intention de poursuivre dans l’avenir. En tant que bénévole auprès des personnes âgées atteintes de démence, cette expérience a renforcé la valeur des soins palliatifs par le biais d’activités artistiques comme le chant, la peinture et même le théâtre! J’ai vraiment hâte de vivre les semaines qui me restent ici à Hamilton, en Ontario, et j’aurai ces expériences significatives à cœur alors que je terminerai ma dernière année d’études secondaires. »

Enfin, Isra, une élève de 12e année de l’école Applewood Heights SS de Mississauga, en Ontario, qui est très engagée dans les arts visuels et littéraires, tentera de décrire son expérience indescriptible avec Shad jusqu’à maintenant.

« J’ai failli me faire pipi dessus le premier jour. J’étais si nerveuse et je ne savais pas à quoi m’attendre. Le dépliant ne dit pas grand-chose à part que ce sera une expérience qui changera votre vie. Quatre jours plus tard, ces mots ont déjà été mis en contexte. Pourtant, en même temps, les mots ne suffisent tout simplement pas à décrire ces quatre derniers jours. J’ai presque mal à la tête parce que j’ai l’impression d’être pleine de connaissances et de contenu sur des choses pertinentes et importantes. Ce n’est pas le programme de base du lycée. Il n’y a pas de rubriques ou de notes. C’est vous qui décidez de ce que vous voulez tirer de ces 27 jours, et j’ai rapidement appris que cela ne peut se faire qu’en se mettant au travail. Shad est ce que vous en faites, et le programme s’adapte à chacun de vos mouvements. Vous ne pouvez rien forcer. Mais vous avez la capacité de décider que vous allez sortir de votre zone de confort et essayer de nouvelles choses et parler à de nouvelles personnes. Ce n’est pas facile, mais je sais que c’est l’environnement dans lequel je veux vivre, car il permet une croissance inconditionnelle. »

J’utilise souvent l’analogie que ma vie est l’histoire que j’écris. Nous sommes tous des histoires, et partout autour de nous, il y en a. Certaines nous font rire ou pleurer, d’autres nous inspirent et nous font questionner le monde qui nous entoure. Chaque histoire que nous rencontrons a un prologue et un épilogue. Ces quatre derniers jours à Shad ont été le prologue d’une vie et d’un avenir que mon imagination ne peut même pas concevoir.

En fin de compte, l’expérience que nous avons tous l’occasion d’apprécier et de partager est rendue possible grâce à la présence de nos adjoints de programme et de nos responsables. Ils nous ont tous appuyés, guidés et ont ri avec chacun d’entre nous ici à Shad McMaster, et nous ne voudrions pas passer sous silence leur influence positive sur le programme.

Merci d’avoir lu ce blog! Nous espérons que vous avez pu constater à quel point ce programme est étonnant et gratifiant. Même s’il est fatigant, chaque moment est rempli de rires et de joie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.