Shad Valley Dalhousie

En seulement 27 jours, les Shadiens nouent des liens avec de parfaits inconnus, dont beaucoup restent en contact longtemps après les dortoirs communs et les conférences matinales. Il y a près de 12 ans, au campus Dalhousie, un assistant de programme, Lucas Parafianowicz, a aidé ses Shadiens à nouer des amitiés en créant un espace sûr où ils peuvent embrasser leur individualité. Et maintenant, ses pairs célèbrent son héritage.

Si vous avez participé à Shad Dalhousie en 2007, vous vous souvenez probablement du Commodore Brainteaser.

Vêtu d’un chapeau de capitaine, d’aviateurs, de lei, de gants de jardinage floral et d’une cape du drapeau canadien, le Commodore Brainteaser posait des problèmes et des énigmes aux Shadiens avides d’aventure presque chaque jour.

Il est apparu sur la couverture de leur annuaire Shad et a même inspiré le design de leurs chemises Shad.

Mais il ne s’est pas contenté de divertir ou d’apporter un soulagement comique entre les conférences. C’était l’alter ego de Lucas Parafianowicz, assistant du programme et ancien Shadien, qui a eu un impact durable sur tous les Shadiens qui l’ont rencontré cette année-là.

L’alter ego de Lucas Parafianowicz, Commodore Brainteaser, sur la couverture de l’annuaire Shad Dalhousie 2007.

En novembre 2018, Lucas est décédé des suites d’une bataille contre un lymphome non hodgkinien.

Après avoir entendu la nouvelle, un Shadien a affiché un message dans le groupe Facebook de Dalhousie 2007, un forum habituellement utilisé pour prendre des nouvelles et partager des photos de mini-réunions. Bien que de nombreuses personnes n’aient pas vu Lucas en personne depuis Shad, il y a eu une réaction immédiate pour faire quelque chose en sa mémoire, quelque chose qui honorerait ce qui les a tous réunis il y a près de 12 ans.

Ils ont créé le Prix commémoratif Lucas Parafianowicz, une bourse de cinq ans qui accordera chaque année 1 000 $ à un étudiant qui a besoin d’argent, qui est passionné par tout ce qui touche aux STIAM et qui a un effet positif sur les autres, tout comme Lucas.

« Même si nous avons eu des interactions différentes avec lui, nous avons eu le même genre de sentiments de sa part et cela correspondait vraiment aux sentiments que nous avions de l’ensemble du programme », dit John Fackoury, un Shadien qui a contribué au prix.

Profil de Lucas dans l’annuaire Shad Dalhousie 2007.

« Lucas a vraiment exposé le genre de choses que vous incarnez quand vous venez ici. Vous êtes quelqu’un qui n’a pas peur d’être lui-même, quelqu’un qui a beaucoup d’énergie, quelqu’un qui est toujours positif à propos de tout. »

John a dit que Lucas donnait à tout le monde l’impression d’avoir une place au sein de Shad, que vous soyez introverti ou à l’aise pour prendre les devants, il permettait aux gens de se sentir eux-mêmes sans excuses.

« Le fait qu’il ait eu un tel impact sur nos vies en un mois en dit long sur le genre de personne qu’il était. »

Treize donateurs ont contribué au financement du prix, dont un boursier qui a assisté à Shad UBC avec Lucas en 2000.

John dit qu’il espère que le prix représente le lien entre les pairs et même les assistants de programme des années après leur expérience Shad. Il est resté en contact avec ses pairs malgré de longues distances et des profils différents dans des domaines comme les affaires, la dentisterie, les soins infirmiers et l’informatique.

« Une décennie après, les gens ressentent encore un impact, ils regardent encore en arrière et disent que c’était un grand moment dans leur vie. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.