Launching a rocket

Megan Gran, assistante au programme Shad York, aidera les Shadiens à se propulser vers le succès en juillet prochain de plus d’une façon!

Megan revient tout juste d’un voyage en Norvège, où elle a passé une semaine à construire, tester et finalement lancer une fusée de Centre spatial Andøya! Elle a été la seule étudiante canadienne choisie aux côtés de 23 autres pour le programme Fly a Rocket!, une collaboration entre l’Agence spatiale européenne et le Centre spatial Andøya qui accueille des étudiants de niveau postsecondaire du monde entier passionnés par l’espace.

Megan entame sa troisième année en génie spatial cet automne à l’Université York. Dès son plus jeune âge, Megan a développé une curiosité naturelle pour la robotique, inspirée par l’obsession de ses parents pour les sciences et l’ingénierie.

Mais son intérêt pour l’ingénierie spatiale a pris son envol alors qu’elle profitait des lancements de fusées et de navettes pendant les vacances familiales au Centre spatial Kennedy. Les yeux grands ouverts et émerveillés par les exploits qui se déroulaient à des kilomètres de là, Megan ne savait pas que, des années plus tard, elle serait dix fois plus surprise en regardant son propre lancement de fusée à quelques centaines de mètres devant elle.

Mais il a fallu beaucoup de travail pour y arriver.

Dans le cadre de ce programme, elle a dû suivre un cours en ligne sur la fuséométrie, la conception de missions et la dynamique orbitale. Heureusement, elle connaissait la plupart des équations et des calculs pour les avoir vus en classe.

Megan a également été virtuellement présentée à ses pairs du monde entier. Ils représentaient 12 États membres de l’Agence spatiale européenne, dont le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Espagne.

« C’était une amitié immédiate », explique Megan. « Rien de tout ça n’aurait réussi si on ne s’était pas entendus. »

L’équipe internationale de fusée a écouté quelques conférences le premier jour de l’émission, et après cela, ils ont tout de suite commencé à construire.

Ils avaient environ 20 heures pour construire la fusée. Le reste de la semaine a servi à assembler la charge utile et à effectuer des essais sécuritaires et météorologiques.

« Il y a un énorme processus à suivre avant de pouvoir la lancer en toute sécurité », dit-elle.

Une fois la fusée prête, Megan et la plupart de ses camarades ont regardé depuis une plateforme à moins de 200 mètres de distance – une meilleure vue qu’au Centre spatial Kennedy.

Et c’est ainsi que leur fusée s’est lancée, franchissant le mur du son à plus de 3 500 kilomètres à l’heure.

« IC’était comme un coup de feu qui traverse ton corps, tu le sens dans le sol et il vibre dans ta poitrine. Dans tout l’immeuble, on le sent. »

Ils sont tous restés immobiles et ont regardé dans les airs tandis que leur fusée fonçait dans les nuages, leur collaboration et leur dur labeur valaient bien cette fin explosive.

« Nous l’avions fait. Nous avions tout mis en œuvre en équipe. Nous sommes tous devenus de très bons amis aussi, donc ça voulait dire beaucoup plus. »

La fusée a atteint une apogée d’environ 8,2 km, atterrissant à quelques kilomètres de la côte.

Depuis son retour de Norvège, Megan a jugé des projets à l’Expo-sciences pancanadienne après avoir été deux fois médaillée de bronze pour ses projets en robotique en 2012 et 2017.

Maintenant, elle s’enthousiasme pour le programme Shad en juillet.

« Ayant une expérience similaire, je peux l’intégrer au programme et aider les élèves à se rapprocher, à travailler dur et à s’assurer qu’ils réussissent à la fin du mois pour qu’ils soient heureux de ce qu’ils auront créé. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.