A piece of a project

Jonah Leinwand a donné vie au projet de conception dans le monde réel de son groupe en faisant appel aux aptitudes et à la motivation que Shad lui a permis d’acquérir. En moins d’un an, il a présenté, conçu, fouillé et testé le produit—et après l’avoir exposé à deux expo-sciences, il est prêt à aller encore plus loin.

Parmi les centaines de kiosques alignés les uns à la suite des autres à l’Expo-sciences pancanadienne, il était facile de constater que Jonah Leinwand était un fier Shad, comme en faisait foi le logo tout juste à côté de ce qui représentait des mois de recherches et de résultats.

Jonah Leinwand stands with his project at the Canada-Wide Science Fair in Fredericton, New Brunswick.

Jonah, un élève de 12e année au Lisgar Collegiate Institute à Ottawa, était sur place afin de présenter AirTree, un dispositif qui contribue à purifier l’air lorsque des feux incontrôlés font rage. Ce dispositif fait appel à des fils de cuivre afin d’induire une charge positive sur les particules nocives, en les acheminant vers une plus grande plaque de cuivre.

Bien qu’AirTree soit maintenant un prototype fonctionnel, il y a dix mois ce n’était qu’une idée qui germait au sein de son groupe du défi de conception dans le monde réel à Shad Mount Allison.

En juillet de chaque année, les participants Shad de partout au Canada sont invités à résoudre un problème du monde réel en concevant un service ou un produit original. L’an dernier, le thème retenu était les catastrophes naturelles et le groupe de Jonah avait mis l’accent sur les effets dévastateurs des feux incontrôlés.

« L’un des plus graves problèmes associés aux feux incontrôlés, c’est tout ce que la fumée a de plus néfaste, par exemple la matière particulaire, le monoxyde de carbone et le mercure. Le tout représente un grave danger pour une collectivité, fait valoir Jonah.

Notre idée à Shad consistait à utiliser un drone pour libérer l’air de toutes ces substances. »

Bien que les appareils respiratoires aident les sapeurs-pompiers à respirer malgré le feu et la fumée, Jonah fait remarquer qu’une fois les masques retirés, plus rien n’arrête la propagation ou l’inhalation des matières particulaires.

A close-up look at the AirTree prototype.

Avec l’appui de son groupe Shad à l’origine de l’idée, il a fait parvenir un courriel au chef du Département de génie chimique à l’Université d’Ottawa et a demandé s’il y avait des professeurs intéressés à entendre parler d’AirTree.

« Je me sentais nerveux, bien qu’il ne s’agissait pas d’une nervosité ordinaire. Je savais que je tenais là une bonne idée. » 

Après avoir entendu sa présentation, un professeur lui a accordé du financement, un espace de laboratoire et a même proposé l’aide des étudiants de l’université afin de donner vie à son projet.

« Que vous soyez en 12e année ou que vous ayez un doctorat, cela n’a pas d’importance à leurs yeux! Pourvu que vous ayez une bonne idée, c’est tout ce qui les intéresse. »

Jonah a apporté le prototype à l’Expo-sciences régionale d’Ottawa, ce qui lui a valu de remporter la catégorie principale ainsi qu’un voyage à l’Expo-sciences pancanadienne, où il a reçu une invitation à un camp d’une semaine en STIM et en entrepreneuriat à l’Université York.

L’automne prochain, il étudiera le génie biomédical à l’Université de Waterloo, mais il compte poursuivre son travail relativement à AirTree. Il souhaite ajouter un drone et en modifier la conception afin d’entreprendre les essais à l’extérieur du laboratoire.

« Je suis enthousiaste face à ce que l’avenir nous réserve. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.