Rainbow flag

L’an dernier, Jay Hamidova a reçu le prix Dave Black, une distinction décernée chaque année à un étudiant qui incarne les qualités Shad dans tout ce qu’il fait.

Elle a été complètement choquée de remporter le prix, et des mois plus tard, elle dit qu’elle n’est toujours pas convaincue que ses directeurs de programme pensaient qu’elle était une véritable leader en devenir.

Mais Jay a toujours été une leader. Qu’elle organise une réunion GSA à son école secondaire ou qu’elle partage des idées avec les conseillères et conseillers scolaires pour rendre son district plus inclusif, elle cherche constamment à faire en sorte que l’expérience scolaire de chacun soit la meilleure possible, car elle n’a pas toujours été la meilleure pour elle.

Jay Hamidova prend la parole après avoir reçu le prix Dave Black en 2018

Jay a révélé son identité profonde à l’âge de 12 ans, peu après que sa famille eut déménagé de Toronto à Coquitlam, en Colombie-Britannique.

« Je ne connaissais personne, mais je sentais qu’il fallait que je me débarrasse de tout ça », dit Jay.

Elle a dit qu’elle avait été victime d’intimidation et de préjugés et que des camarades de son école l’insultaient.

« Les difficultés de ma vie m’ont amenée à un point tel que ces choses ne m’ont pas fait autant de mal qu’elles auraient pu parce que j’avais construit ce mur autour de moi », dit Jay. « Mais aucun enfant ne devrait avoir à souffrir de ce genre d’adversité. Aucun enfant de 12 ans ne doit avoir à s’inquiéter de savoir s’il est en sécurité dans le bus. »

Elle s’est jointe à un club de l’école secondaire Gleneagle en 9e année, ce qui a contribué à la création de la première salle de bains non sexiste de l’école.

« Pour aller de l’avant, je voulais faire savoir qu’il y a des gens dans notre communauté qui n’ont pas besoin d’être déshumanisés à cause de leur identité. »

En 10e année, elle est devenue présidente du club et a été le fer-de-lance des présentations LGBTQ dans chaque classe d’éducation au choix de carrière de 10e année.

« Une partie de la vie, c’est d’apprendre à connaître des gens qui sont différents de vous, d’apprendre à accepter ces différences et de travailler avec des gens qui ne vivent pas nécessairement la même vie que vous. »

À Shad, Jay dit qu’elle en a fait l’expérience, et même plus.

« J’ai passé 27 jours parmi d’autres étudiants extraordinaires du Canada, partageant tous nos expériences de l’adversité et sachant que nous avons tous surmonté l’adversité et que nous continuerons à dépasser ces choses et à créer un changement positif », dit Jay. « C’est si puissant de savoir qu’on n’est pas seul. »

Mais une fois Shad terminé, Jay a compris que le sentiment d’inclusion et d’appartenance n’avait pas à prendre fin.

« Je dis toujours à tous mes amis Shad d’essayer de le chercher dans toutes leurs expériences. Voyez Shad en tout le monde. Voyez Shad dans les initiatives auxquelles vous participez », dit-elle. ” Plus tu réalises que c’est tout autour de toi, plus tu favoriseras ces comportements et cet état d’esprit. »

Elle a incorporé une partie de ce qu’elle a appris à Shad au conseil de leadership étudiant de son district.

Après avoir consulté les conseillères et conseillers scolaires et les membres du conseil, le groupe a reçu une subvention pour mettre gratuitement des produits menstruels dans chaque école du district. Mais ils ont dû réfléchir à un moyen d’installer des distributeurs dans les salles de bains.

« Je me souviens d’une journée à Shad où des entrepreneurs sont venus nous apprendre à mettre toutes nos idées sur papier et à les mettre sur la table. On devait penser à tout ce qui nous vient à l’esprit et donner à chacun l’occasion d’exprimer ses pensées et ses idées. »

Et c’est exactement ce qu’ils ont fait, et c’est pourquoi ils ont décidé que les distributeurs devraient être à l’intérieur des cabines, de sorte qu’ils soient sûrs et discrets pour que tout le monde puisse les utiliser.

Maintenant que l’année scolaire est terminée, Jay passe son été à faire de la sensibilisation pour aider les gens des communautés marginalisées à devenir politiquement actifs. Elle espère également poursuivre ses études en affaires une fois qu’elle aura terminé sa 12e année l’an prochain.

J’ai toujours pensé : « Comment vais-je m’y prendre? Je ne peux pas changer le monde en une seule nuit », dit Jay. « Mais mon directeur du programme Shad, Jess Tang, m’a dit que cela ne signifie pas changer le monde entier, mais changer la perception qu’une personne en a. Je m’en souviendrai toute ma vie. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.