NWMO

Cette année, les Shadiens mettent l’accent sur la réduction des déchets au Canada et apprennent de première main les façons novatrices de gérer les déchets dangereux en mettant à l’épreuve leurs compétences en matière de conception.

Cette année, la Société de gestion des déchets nucléaires visitera 12 campus pour enseigner aux Shadiens le plan du Canada pour la gestion sûre et à long terme du combustible nucléaire irradié.

« Nous sommes fiers de nous associer à Shad pour inspirer la prochaine génération de dirigeants », affirme Isaac Werner, analyste des relations gouvernementales et externes à la SGDN. « L’énergie nucléaire alimente les maisons et les campus au Canada depuis 50 ans et la gestion du combustible usé qui en résulte est notre priorité. »

La SGDN est une organisation non gouvernementale qui a été fondée en 2002 dans le cadre de la Loi fédérale sur les déchets de combustible nucléaire. L’organisation dirige la planification et la mise en œuvre du plan du Canada visant à gérer de façon sûre le combustible nucléaire irradié, de manière à protéger les personnes et l’environnement.

« Le programme Shad met les étudiants en contact avec des chefs de file de l’industrie qui leur donnent un point de vue d’initiés sur les enjeux nationaux qui touchent tous les Canadiens », explique Tim Jackson, président et chef de la direction de Shad Canada. « Les Shadiens explorent de nouvelles idées et combinent l’apprentissage technique avec les meilleures pratiques grâce à des organisations comme la SGDN. »

Cela fait maintenant dix ans que la SGDN offre des bourses d’études et des possibilités afin que davantage d’étudiants puissent faire l’expérience pratique de l’apprentissage STIAM. En tant que partenaire à long terme, la SGDN offre des ateliers et met en contact Shad avec des étudiants des collectivités rurales et éloignées qui n’ont peut-être jamais eu accès au programme.

« L’un des principes du plan du Canada est la responsabilité générationnelle. Les participants à Shad sont les meilleurs et les plus brillants leaders, les grands penseurs, les innovateurs et les créateurs de demain », affirme Isaac.
Cette année, on a demandé aux Shadiens de penser comme des ingénieurs et d’innover pour améliorer le plan du Canada. À Shad Western, un groupe a décidé qu’il serait préférable d’améliorer le processus de transport, soulignant que la vitesse, la sécurité et l’efficacité étaient tous des facteurs vraiment importants à considérer.

« Je n’ai jamais entendu parler des déchets nucléaires auparavant », raconte Emma Ashick, Courtice, Ont., Shad 2019. « J’habite près d’un réacteur nucléaire, donc c’est important que je m’y intéresse parce que je ne veux pas que les communautés soient touchées. »

Emma et son groupe pensaient que le transport ferroviaire du combustible nucléaire irradié et l’ajout d’une coque en acier étaient des solutions réalisables.

« Je me suis lancée là-dedans sans avoir beaucoup de connaissances sur le sujet », explique Alexandria Martin, Winnipeg, Man., Shad 2019. « Mais maintenant, c’est réellement un aspect à partir duquel je peux construire et auquel je peux vraiment penser. »

Au cours du mois de juillet, la SGDN se rendra à : Carleton, Lakehead, McGill, McMaster, Mount Allison, Nouveau-Brunswick, Queen’s, Ryerson, Saskatchewan, Waterloo, Western et York.

Leave a Reply

Your email address will not be published.