En juillet, ShadEnligne a donné le coup d’envoi en proposant une mission qui rassemblerait les jeunes à l’esprit curieux et animés d’une passion envers les STIAM. Leur tâche? Concevoir une expérience spatiale axée sur la microgravité d’une façon constructive et créative, laquelle ferait appel à l’espace comme plateforme de recherche et apporterait une valeur ajoutée à la communauté scientifique. Bien entendu, la caractéristique clé de tous les défis de conception Shad, c’est-à-dire avoir un impact sur l’humanité, était au cœur de cette démarche.

Soixante-deux équipes ont relevé le défi. Elles ont fait la preuve de leur capacité de s’adapter, d’innover et de se rallier autour d’un objectif commun. Elles ont collaboré avec des mentors et ingénieurs, ont pu profiter du savoir d’experts comme Andrea Yip de Luna Design and Innovation et ont formé des équipes pancanadiennes virtuelles en dépit des circonstances.  

« Il y a ce que vous savez, il y a ce que vous ne savez pas, puis il y a cette dimension qui vous échappait sans que vous ne le sachiez. C’est cette dernière dimension, à mon avis, que les participants à Shad2020 ont eu la chance d’approfondir cet été, fait remarquer Justin Lim, un directeur de programme pour Shad en ligne. Je ne crois pas que les participants savaient qu’ils et elles avaient l’étoffe voulue pour accomplir quelque chose d’aussi formidable au cours d’un programme virtuel de quatre semaines. »

Nous avons demandé à un jury composé de mentors, de représentants Shad et d’experts de l’industrie d’évaluer les projets finaux en fonction de leur impact, de leur bien-fondé scientifique, de la faisabilité technique et du plan de projet.

Après un survol de toutes les conceptions sophistiquées et idées fabuleuses, l’équipe finale est enfin dévoilée.  

Nous sommes ravis d’annoncer que l’équipe Mous4Inc verra son expérience « Étude de la mousse de polyuréthane en microgravité » s’envoler dans l’espace à bord de la fusée New Shepard de Blue Origin.

Les membres de l’équipe Mous4Inc. lors d’une réunion de conception. Les membres de l’équipe sont Alex Balbino, Sophia Caranci, Zamaan Hussein, Mia Medic, Deo Narayan, Zadian St-Gelais, Shreya Voore, Annika Waschke, Olivia Ye et Tina Zou.

Leur projet servira à tester la résistance thermique et la solidité d’une mousse de polyuréthane développée dans l’espace au cours de leur expérience.

« C’est déjà beau de songer à un projet, d’écrire à son sujet et de le rendre magnifique sur papier. Mais de parvenir concrètement à le réaliser, à le bâtir et à le mettre en orbite, avec l’aide de gens de partout au Canada, à des tas de kilomètres de distance par rapport à moi, ce serait un véritable honneur », fait valoir Shreya Voore, l’une des élèves derrière ce projet.

Le groupe s’est mis d’accord sur cette expérience après que l’un des coéquipiers ait proposé d’envoyer des serpentins dans l’espace. Il n’en fallait pas plus pour que les idées se bousculent dans l’esprit des membres du groupe. Pourquoi ne pas envoyer de la mousse dans l’espace? A‑t-on déjà mené des recherches sur de la mousse en microgravité?

Les membres de l’équipe ont entendu parler d’une expérience en milieux fluides à laquelle s’était livrée l’Agence spatiale européenne et qui visait à étudier la formation de bulles de mousse dans l’espace. L’Agence a constaté que ces bulles étaient plus stables en microgravité que sur Terre, prouvant ainsi qu’il est possible de créer des mousses plus stables dans des milieux de gravité réduite.   

« Nous nous demandions ce qui se produirait si nous appliquions ce concept à de la mousse solidifiée? De la mousse qui se solidifie en un court laps de temps. »

Étant donné que la mousse possède une tonne d’applications variées—depuis les implants et les prosthèses jusqu’aux matériaux de construction et pièces d’automobiles, les membres de l’équipe ont pensé que ce serait là l’expérience idéale qui permettrait de jeter un nouvel éclairage bénéfique pour l’humanité dans les années à venir.

La conception actuelle de la charge utile de TeamMous4Inc. Pour en apprendre davantage au sujet de cette maquette, reportez-vous ici à la vidéo de présentation complète.

Shawna Pandya, médecin canadienne et scientifique-astronaute candidate au projet PoSSUM (Polar Suborbital Science in the Upper Mesosphere), jouera le rôle de mentor auprès de l’équipe au cours de sa préparation en vue de la mise en orbite.

La Dre Shawna Pandya est la chercheuse principale du projet et elle contribuera à guider l’équipe à travers les différents « niveaux de maturité technologique », dont la planification, la construction, l’itération et, ultimement, les mises à l’essai de la charge utile.

« C’est l’approche adoptée par la NASA et, d’après moi, il est tout à fait approprié de songer à la phase de conception de cette charge utile en ce qui a trait au niveau de préparation en vue du vol spatial. »

Selon la Dre Pandya, l’équipe sera confrontée à des tas de scénarios par anticipation au fur et à mesure qu’elle construira et testera la charge utile. Le travail d’équipe est essentiel à un vol en douceur.

« J’espère sincèrement que, quoi qu’il advienne, il s’agira là d’une expérience, d’une leçon et d’un souvenir formidables pour cette équipe…, d’ajouter la Dre Pandya. Il est tout à fait impressionnant de constater que l’équipe tient mordicus à envoyer quelque chose dans l’espace et qu’elle est déjà à l’œuvre à ce stade-ci. »

Nous souhaitons à cette équipe toute la chance voulue au cours de la prochaine phase de son aventure Shad2020!

Leave a Reply

Your email address will not be published.