Des Fellows SHAD écrivent une page d’histoire en 2017 pour avoir inspiré des changements dans leur collectivité

 

 

15 janvier 2018

 

WATERLOO, ON – Deux Fellows SHAD, Emma Landry et Kathy Nodzynski, qui ont reçu une bourse RBC de 10 000 $ pour étudiants instigateurs de changement du fait qu’elles ont dirigé et inspiré le changement dans leur collectivité, ont été sélectionnées au moyen d’un système de vote en ligne pour s’être illustrées au sein du réseau SHAD en 2017.

 

Emma Landry, d’Elmsdale, en Nouvelle-Écosse, a vraiment à cœur de sensibiliser les gens quant aux droits de la communauté LGBTQ+.  Elle était membre de l’Alliance des genres et de la sexualité à son école secondaire. Selon elle, dans sa petite collectivité il est important de créer un environnement où tout le monde, peu importe son orientation sexuelle, se sent en sécurité et accepté.   

 

« Personne ne devrait avoir à subir de discrimination en raison de la personne aimée ou avec qui l’on voudrait partager sa vie », fait valoir Mme Emma Landry. 

Emma explique qu’elle a été encouragée à devenir un membre clé de l’association par l’un de ses amis et après avoir participé au programme primé d’enrichissement et d’entrepreneuriat SHAD à l’été 2016.

 

 

« Le fait de voir tous ces étudiants épatants partout au Canada accomplir tant de choses formidables et uniques pour améliorer le pays dans son ensemble m’a incitée à me rendre aussi utile que possible au sein de ma collectivité », a déclaré Emma.

 

Elle fait ses études en informatique à l’Université Queen’s dans l’espoir de coder et de créer des logiciels pour le compte de l’un des géants de la technologie.

 

Mme Kathy Nodzynski de Montréal a lancé avec succès le « projet DAER » dans sa collectivité afin d’acheminer des livres d’occasion aux enfants des collectivités rurales en Inde, pays où sa mère a grandi, dans l’objectif de favoriser la littératie.

 

Lu à l’envers, le sigle « DAER » correspond au verbe « READ ». Les livres sont transportés à vélo, en quelque sorte une bibliothèque mobile, afin d’aider des centaines d’élèves.

 

 

« La rencontre des autres élèves (au réseau SHAD en 2015) et le fait de les voir accomplir des choses étonnantes me motivent à continuer dans la même voie », a fait  remarquer Kathy, qui en est à sa première année d’études à l’Université McGill en vue d’être admise à la faculté de médecine.

 

Une Fellow SHAD qui a aidé à recueillir des milliers de dollars afin que les élèves d’une école des Premières Nations du Nord de l’Ontario puissent prendre part à un concours de robotique figure parmi les lauréats du réseau SHAD dont les histoires se sont le plus illustrées en 2017.

 

Mme Samantha Hollinrake, une élève de 11e année à Oakville, en Ontario, a produit une vidéo promotionnelle qui a permis à des élèves d’une école secondaire de Sioux Lookout, en Ontario, une collectivité éloignée tout au Nord de l’Ontario, d’obtenir la somme de 25 000 $ en parrainage pour prendre part à un concours organisé par First Robotics à l’Université McMaster à Hamilton.

 

 

« L’an dernier, ces élèves ont dû voyager par bateau, puis à bord d’un petit avion, et ensuite par train pour se rendre à McMaster, a souligné Samantha. Pour nous, les élèves de la région du Grand Toronto, la distance n’est pas un facteur déterminant et j’avais l’impression que ce n’était pas juste pour les élèves en région. Nous savions qu’ils ne disposaient pas des ressources nécessaires. Il était important à notre avis de produire une vidéo qui lèverait le voile sur le concours et qui montrerait comment la robotique aide ces élèves à parfaire leurs connaissances en STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques). »

 

Cette vidéo a été envoyée à un représentant officiel du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada qui n’avait pas pu assister au concours. Après avoir vu la vidéo et constaté l’impact que l’expérience avait sur les élèves, AANC a consenti à parrainer l’équipe.

 

« J’ai l’impression que je contribue à façonner l’avenir car il y a des élèves en région éloignée qui sont très intelligents et qui n’auront peut-être jamais la chance d’en faire la démonstration », a fait valoir Samantha.

 

M. Robert Docherty, le conseiller et mentor de l’équipe de Sioux Lookout a déclaré qu’il était ravi de constater tout ce que Samantha a fait pour ses élèves. Il a ajouté que la vidéo ne les a pas seulement aidés à obtenir le parrainage, mais que cette vidéo a également été montrée aux élèves de l’ensemble des 185 Premières Nations lors d’une assemblée et qu’elle a été publiée sur Facebook afin d’inspirer d’autres jeunes de leur collectivité natale et du Nord.

 

« L’impact est énorme. Ces jeunes grandissent dans des collectivités éloignées, dont la plupart ne sont accessibles que par la voie des airs. Nos élèves se trouvent à être isolés en raison de cette réalité. Leur donner la chance de découvrir Toronto leur ouvre les yeux quant aux possibilités qui s’offrent à eux, et ce, non pas uniquement dans le domaine de la robotique. »

 

Selon Mme Samantha Hollinrake, le simple fait de figurer dans la liste des personnes mises en candidature pour les 17 meilleures histoires de réussite de SHAD en 2017 est tout un honneur.

 

« Certaines des personnes de moins de 30 ans les plus influentes selon Forbes font partie de cette liste et bien d’autres gens aussi qui ont accompli des tas de choses.  Je ne me dis pas, c’est formidable, mon nom figure dans la liste. Je me dis plutôt, c’est formidable que tous ces jeunes exceptionnels de SHAD soient reconnus pour leurs accomplissements. »

 

Une autre des histoires de réussite du réseau SHAD en 2017 concerne six participants SHADS nommés au conseil jeunesse du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball. Les six SHADS conseilleront le premier ministre de cette province quant aux dossiers jeunesse.

 

 

À PROPOS DE SHAD

SHAD produit des leaders pour le Canada par l’entremise d’une plateforme d’enrichissement pancanadienne, couronnée d’un prix et propice à transformer la vie des élèves du secondaire qui y participent. Chaque année, SHAD aide 900 jeunes Canadiens et Canadiennes à exploiter leur plein potentiel grâce à un programme innovateur d’une durée d’un mois à l’un des 16 campus de nos universités partenaires. À ces campus, les étudiants appliquent les disciplines STIAM (sciences-technologie-ingénierie-arts-mathématiques) à des enjeux du monde réel liés aux politiques publiques et à l’entrepreneuriat, tout en nouant des liens précieux pour toute leur vie. Notre réseau mondial prospère composé d’innovateurs et de 16 300 Fellows SHAD compte dans ses rangs 32 boursiers Rhodes, 80 boursiers Loran et 43 boursiers Schulich Leader. Pour obtenir un complément d’information, consulter www.shad.ca

 

Teddy Katz

Vice-président, Communications et Relations avec les médias | SHAD

teddy@shad.ca | tél. cell. (647) 505-8095